• ○ LA PROMOTION DU PION

    ~

       De petites jambes foulaient le sol humide de la forêt. Seuls les pas et la respiration haletante de ce petit enfant perçaient ce silence obscure. Des arbres à perte de vue et uniquement les rayons lunaires filtraient le dense feuillage de fin d'été. L'automne commençait petit à petit à s'installer. Le vent, quant à lui, fouettait désespérément le visage sali du petit. Les joues noircies par la terre, étaient écarlates par le froid mordant. Ses cheveux noirs étaient encore plus sombre de part l'eau qui les trempait. Et des feux dansants se reflétèrent dans les yeux ambres du garçon.
       Non loin de là, il aperçut le front de guerre. Les flammes vacillaient, telles des âmes hurlant douleur et tristesse après s'être faites déchirer de leur corps par la faux puis s'évaporant dans les cieux funèbres. La fumée âcre étouffait les poumons, irritait la gorge et piquant les yeux. Le crépitement assourdissant ne camouflait que les entrechoques des épées, tandis que les flèches fusant dans l'air bourdonnaient aux oreilles. Le sang giclait. Et devant ce lamentable théâtre, le petit se jeta dans la mêlée, car tel fut l'ordre donné. Le roi était présent et à quelques brasses se trouvait la reine, combattant comme jamais. Tous deux, avaient les cheveux noirs tel du jais et un jaseran de même couleur, comme tous ceux de ce royaume. Alors que les autres, les premiers à avoir sonner le début des hostilités, possédaient les cheveux d'un blond clair et une cuirasse d'une couleur de neige immaculée. L'enfant courut mais se vit barrer la route par un cavalier blanc d'armure. Celui-ci ne tarda pas à être exécuté par un homme épris d'une folie noire. Le petit faillit tomber à plusieurs reprises mais à chaque fois quelqu'un le sauvait voire, se sacrifiait.


    ♣         ♠

    Arrivé au dernier rang du camp adverse, le garçonnet regarda derrière lui : son roi et sa reine étaient encore debout et il pu apercevoir deux tours se dressant d'une hauteur vertigineuse l'une face à l'autre. Puis, il détourna la tête pour faire face à son destin, il avança et de simple pion devint cavalier noir d'armure.

    Et se fut ainsi que d'une simple partie d'échec, un enfant y vit une intrépide histoire où règne, seule, l'imagination.

    ~

    • FIN ○

    [Lien vers le blog d'origine]


    10 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires